Mon petit bilan VE
à destinantion de ceux qui se posent des questions.

|| Dernière mise à jour de cette page : 01/10/2019 ||

Vous lirez dans ces lignes mon bilan personnel de l'utilisation d'un utilitaire électrique après un an d'utilisation, dans un cadre professionnel mais aussi dans un cadre privé.
J'aborderai l'aspect utilisation mais aussi toute la réflexion qui m'a amenée à faire ce choix. Je dirais aussi ce qui ne va pas avec le modèle que j'ai choisi. Je vous rassure, l'essentiel va parfaitement bien.

Le bon investissement au bon moment. Calculez avant d'acheter.
Je suis artisan électricien sur Agde, dans l'Hérault. Mon vieux Partner HDI, 395.000 kilomètres, était à la corde. Les concessions Peugeot se débarrassaient des modèles de démonstration fin 2017 ; ils étaient presque neufs et souvent à bon prix. C'était le moment idéal. Et pourquoi l'électrique? 1, par curiosité. 2, pour être un peu plus écolo. 3, pour gratter un peu de pognon.
J'ai réceptionné le véhicule le 11 janvier 2018. C'est un Partner Full Electric de 2014 qui servait de démonstration à la concession de Clermont-Ferrand. Il avait 4.500 kilomètres au compteur. Je l'ai payé 12.500 € hors taxe ; moitié prix. Les batteries sont garanties 8 ans ou 100.000 kilomètres. La façon dont les batteries vont vieillir c'est la plus grosse incertitude. Ca reste un pari.
Depuis je ne roule qu'avec ce véhicule. Ce n'est pas tout à fait vrai : j'ai pris une ou deux fois l'ancien car au début je connaissais mal les limites du nouveau, mais j'aurais largement pu m'en passer.

J'ai parcouru 25.000 kilomètres, ça m'a coûté 520 €.
En 1 an, j'ai consommé 4.000 kWh = 4.000 chauffages de 1.000 watts allumés pendant 1 heure.
Ca donne une consommation, à la prise, de 17 kWh / 100 kilomètres en moyenne et une moyenne de 70 kilomètres parcourus par jour.
En clair, ça m'a coûté 520 € d'électricité. C'est à dire 1,43 € pour les 70 kilomètres parcourus quotidiennement ; soit près de 5 fois moins qu'en thermique.
Une autre façon de le dire : 100 km en électrique = 2,10 € ; 100 km en thermique = 9,90 €

Tous comptes fait, l'ancien Partner thermique, 15 ans et 395.000 kilomètres, m'a coûté 14 centimes par kilomètres. Celui-ci, si je le garde 9 ans et que je fais 200.000 kilomètres, me coûte 12 centimes par kilomètre parcouru. Il est sous-entendu que je garde l'ancien véhicule, assuré au minimum, au cas où je doive aller loin rapidement ; Les 12 centimes par kilomètre tiennent compte de ce sur-coût.

Je la branche le soir, le lendemain matin elle est prête pour 140 kilomètres. Magique!
Je suis électricien, alors c'est vrai que pour moi c'est facile : j'ai installé une prise Green'Up Access Legrand, avec protection différentielle spéciale, contacteur heure-creuse pour charger automatiquement à bas prix et un compteur d'énergie pour savoir la quantité d'énergie transférée à la voiture.

Adaptée à mon activité mais pas pour les longs trajets!
Détail 1 : le moteur électrique étant très léger, le poids à l'avant est faible et parfois trop faible : peu d'accroche dans certaines côtes, notamment en cas de pluie ; la batterie est en deux parties ; pourquoi alors ne pas avoir mis un bloc à l'avant : ça allègerait l'arrière, peserait plus sur l'avant et permettait de garder la roue de secours sous la voiture.
Détail 2 : la mise en place de l'option charge rapide Chademo après l'achat n'est pas possible ; je voulais l'équiper, Peugeot Agde ne savaient pas faire et Peugeot Montpellier m'a répondu qu'on ne pouvait pas équiper le véhicule après sa sortie d'usine ; c'est une option à choisir lors de l'achat. Je ne savais pas ce détail.
Détail 3 : l'absence de vitesses manuelles, qui n'est pas propre aux véhicules électriques bien sûr, est un des points agréables ; la souplesse et la nervosité sont très appréciables également ; les 6 premiers mois j'ai pris du plaisir à prendre la route comme quand j'avais 18 ans avec ma première bagnole ; et les 3 places à l'avant c'est top!
Détail 4 : on ne nous entend pas ; il faut trouver une solution ; c'est un vrai problème ; on est trop habitué à se fier à l'oreille.
Ce véhicule, aussi polyvalent soit-il, reste un véhicule à faible autonomie et à recharge lente : il n'est pas adapté à toute les situations de travail. Par exemple, si vous travaillez régulièrement à Nîmes, oubliez ce modèle ; gardez votre véhicule thermique ou tournez-vous vers un modèle à plus grande autonomie ou à charge rapide. Malgré tout, je suis curieux et j'ai donc testé les longues distances : à proscrire.

J'organise régulièrement un rassemblement de VE. Vous y êtes les bienvenus.
Cliquez ici pour en savoir plus.
La communauté des propriétaires de VE est faites de gens qui réfléchissent.
Durant cette année, j'ai fait pas mal de rencontres intéressantes, liées au monde du VE. Même si ce n'est pas politiquement correct, il faut avouer que cet univers est un monde de passionnés, qui réfléchissent un peu, voire beaucoup plus que la moyenne. Ca fait des calculs, ça discute, ça échange, ça ouvre ses chakras. Et ça fait du bien.

L'électrique ce n'est pas le pied écolo mais c'est mieux que le thermique.
Voici quelques réflexions en vrac. Ce sont des trucs auquels j'ai pensé durant cette année ; souvent en réaction à toutes les conneries qui circulent concernant les VE.
L'électrique n'est pas adapté à tous. Il y a bien assez de bornes de recharge, même si elles ne sont pas toujours parfaitement fonctionnelles.
Je ne me sens pas mieux depuis que je roule en électrique; vivre à l'occidentale pollue; suis juste fier de faire un petit pas ; on se sent mieux quand on ne se pose aucune question, quand on ne fait rien ; je fais depuis toujours.
En faisant le choix de la voiture électrique, je récolte souvent les questions et les critiques ; autrement dit, je vais perdre mon temps pour ceux qui ne s'instruisent pas ; je ne suis pas un livre ; renseignez-vous et ensuite on débattra.
J'ai le véhicule. Etape suivante : le charger avec l'électricité la plus verte possible. Oui, je roule principalement au nucléaire, mais ce n'est pas une fatalité. Il existe par exemple des systèmes d'investissement dans les énergies alternatives.
La marge d'amélioration du véhicule thermique est nulle ; la marge d'amélioration du véhicule électrique est presque sans limite.
On se pose des questions concernant le véhicule électrique (qui s'apparentent souvent à un procès) qu'on ne se posait pas, et qu'on ne se pose toujours pas pleinement, concernant le véhicule thermique.
Les études comparatives entre thermiques et électriques sont souvent des messages creux, des tentatives de procès d'intentions contre les VE ; ils démontrent tous, malgré tout, que le thermique est une impasse et que l'électrique est une réponse.
L'heure des débats est passée ; les solutions, ceux qui ce sont depuis longtemps intéressé à la question les connaissent ; les politiques ont d'ailleurs (tardivement) pris des décisions éclairées il y a bien longtemps ; on est plus en train de se demander si le véhicule électrique c'est bien, on se demande maintenant comment l'améliorer.

Après environ 630 recharges, le chargeur livré avec le véhicule crame [ 26 septembre 2019 ]
J'explique ici mon precessus d'achat d'un nouveau chargeur.
Premier réflexe, acheter un chargeur identique ; il est très bien car il est Green'Up : il adapte la puissance de charge automatiquement en fonction du type de prise murale. Je ne le trouve nulle part sur le web, je demande donc un devis à Peugeot : plus de de 700 €, hors de prix.
Je me tourne ensuite vers la vente en ligne. Je trouve 2 fabricants potables ; un en Chine (Besen), un en Europe (Evse). Je prends contact avec les deux par mail. L'Evse est très bien (réglage fin de la puissance de charge) mais il coûte encore 400 € ; le Besen n'est qu'a 165 $ mais a un réglage moins précis et semble moins costaud. Les délais de livraisons de ces deux modèles sont importants. Essayons de trouver mieux, c'est à dire un matériel correct pour un prix correct avec un délai de livraison correct.
Chez Amazon je trouve ce produit Zencar (Besen). La livraison est lancée. Réception du produit quelques jours plus tard.

Calcul : 630 recharges  pour 50.000 kilomètres ça donne, en moyenne, 1 recharge tous les 80 kilomètres.

Si vous avez des questions, si vous voulez discuter ou soulevez un sujet : cejemalors@hotmail.com